4 de febrero de 2017

#StayTuned n°1 - La cause de l'autisme





N°1 . 13 janvier 2017
Un désir de servir
Par Jean-François Cottes, rédacteur en chef
Vous lisez la première livraison de la lettre d'information du Blog La Cause de l'autisme. Publication apériodique, elle suivra le cours de la vie du Blog et de l'actualité concernant l'autisme. Vous découvrirez ci-dessous les nouvelles contributions. Une rubrique veille est mise en place. L'équipe s'étoffe de rédacteurs qui animeront chacun une rubrique.
Revenons quelques semaines en arrière. Cette fois-ci nous avons vu le boulet arriver. Ce n'avait pas été le cas, il y a plus de dix ans avec l'amendement Accoyer. Il avait été voté à l'unanimité de l'Assemblée nationale sans que nous en sachions rien. La lutte avait été longue – plus de deux ans – pour annihiler ses effets sur la pratique de la psychanalyse et ramener à une proportion raisonnable son impact sur la formation des psychothérapeutes. Dans ce laps de temps le Sénat d'abord, l'Assemblée ensuite, avaient pris la juste mesure politique de la question.
La résolution Fasquelle, elle, est restée à l'état de projet. Elle n'a pas passé la barre, elle demeure dans les limbes. Il a suffi de quelques semaines pour que la mobilisation opère et que l'action soit désamorcée.
L'ECF et l'Institut Psychanalytique de l'Enfant ont pris toute leur part dans cette action. On peut dire que les plus de 20 000 signatures de l'Appel pour le libre choix de la méthode de soin et contre l'interdiction de la psychanalyse dans la prise en charge de l'autisme auront été décisives. De même ont été essentiels le numéro spécial de LNA et les articles publiés notamment sur le Blog pour soutenir l'argumentation. Il est remarquable de retrouver cette argumentation dans les discours des députés lors de la fameuse séance du 8 décembre. Il faut dire que l'ECF et l'IPE s'appuient sur 30 ans et plus de recherche clinique et épistémique, de publications, d'engagement dans des expériences institutionnelles.
Nous voici en 2017. C'est cette année que doit être élaboré le 4ème plan autisme. Le président de la République a annoncé le 19 mai dernier qu'il "sera celui de l'apaisement et du rassemblement." Il n'a échappé à personne d'un peu averti de ces questions que cela marquait une inflexion par rapport à l'orientation des politiques publiques. Cela indiquait qu'il fallait faire une plus grande place à la diversité des approches de la prise en charge de l'autisme. En tout cas, cela n'a pas échappé à M. Fasquelle dont la manœuvre de l'automne dernier visait à forcer la main au gouvernement pour que le 4ème plan autisme ne soit pas celui de l'apaisement et du rassemblement mais celui de l'exacerbation, de la haine antipsychanalyse et de l'ostracisation des psychanalystes. Le coup a fait long feu.
Que va faire le ministère de la Santé ? On s'attend légitimement à ce qu'il tienne compte de la position qu'a prise l'Assemblée nationale, qui n'a pas accepté de se faire instrumentaliser sur le dos des personnes avec autisme. En accord avec Mme Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, l'Assemblée a refusé d'exclure les psychanalystes de la prise en charge de l'autisme. Elle a refusé que l'on impose la méthode ABA.
On ne comprendrait pas que l'approche psychanalytique ne soit pas représentée dans l'élaboration du 4ème plan. La tâche de ce plan est immense. Les besoins de prise en charge, de soins, d'éducation, de scolarisation qui donneraient une juste place à la particularité des sujets autistes, à leur singularité, sont considérables.
Des psychanalystes pourraient utilement contribuer à la conception d'un tel plan d'action pour l'autisme.
Le ministère de la Santé saura-t-il entendre ce désir de servir ?
> veille
POUR LA PSYCHANALYSE, RESOLUMENT
Par Catherine Lacaze-Paule. "Mauvais éloge d'un homme que de dire : son opinion politique n'a pas varié depuis quarante ans. C'est dire que pour lui, il n'y a ni expérience de chaque jour, ni réflexion, ni repli de la pensée sur les faits. C'est louer une eau stagnante, un arbre d'être mort ; c'est préférer l'huître à l'aigle."
Victor Hugo, Littérature et philosophie mêlées.
Nous savons maintenant que la résolution Fasquelle a été rejetée le 8 décembre 2016...
Lire la suite
> sur le terrain
L'ARS-ENAL D'UNE ARS
Par Daniel Roy. Un courrier adressé fin décembre 2016 aux hôpitaux de jour de la région Île-de-France par l'ARS de cette région prévient ceux-ci d'une visite avant le 15 janvier 2017 d'un "correspondant de l'ARS", qui sera l'occasion de remplir avec lui une "grille d'évaluation" jointe à ce courrier. À ces documents a été joint par erreur un autre document nommé "Consignes de remplissage du questionnaire" qui ne s'adresse pas aux équipes soignantes (mot difficile à écrire pour les rédacteurs) mais aux fonctionnaires ARS qui seront "correspondants". Grâce à ces consignes, nous avons un aperçu des préjugés...
Lire la suite
IMPOSER UN CONSENSUS ?
Par Amandine Mazurenko. Dans le champ de l'autisme, dès lors qu'est brandi l'étendard du consensus univoque et unilatéral, le risque de dérive autoritaire n'est jamais loin. Mais que dit précisément la Haute autorité de santé (HAS) en matière de recommandations de bonnes pratiques, lorsqu'elle cherche à faire consensus : "Les recommandations de bonne pratique (RBP) sont définies...
Lire la suite
> buzz
POUR LA DEFENSE DE LA PLURALITE DES APPROCHES... 2e PARTIE
Par Ivan Ruiz, président de TEAdir, association des parents et des familles des personnes avec TSA. 
Audience devant le Comité Enfance du Parlement de Catalogne le 15 novembre 2016. Deuxième partie (pour lire la première, cliquer ici).
...
Lire la suite
> ça bouge
LE NOM LIEU
L'association Le Nom Lieu a été créée dans la métropole bordelaise, en février 2016, par six membres co-fondateurs, dont les expériences professionnelles et personnelles a priori éloignées les unes des autres (professionnels du soin, du numérique, de l'accompagnement professionnel, réalisatrice de documentaires) les ont amenés à faire un constat commun : les personnes en souffrance psychique, dont les autistes, ont de vrais talents...
Lire la suite
> découvertes
LE MONDE DE THEO
Par Charles CullardA propos du film documentaire de Solène Caron, Le monde de Théo. Rares sont les autistes qui ne présentent pas une affinité singulière, une passion qui peut apparaître comme une obsession. Un centre d'intérêt ou un objet électif, parfois discret et souvent original les anime. Chacun a le sien.
Si leur monde paraît parfois s'y réduire, leurs témoignages et ceux des parents qui s'y sont intéressés montrent l'importance de cette affinité et le pont qu'elle constitue, pour, de proche en proche, s'ouvrir au monde, à l'autre et à une réalité partagée...
Lire la suite

© 2017 ECF secrétaire